08/01/2013

Les deux premiers incontournables de 2013

Mardi martin, hop, plein d'énergie en réserve, youpi, France Inter est en grève et ça permet d'entendre des supers chansons, chez Suzanne c'est cette chaîne de télé d'actualité dont j'ai oublié le nom et ce matin l'un des titres c'était "La fin des magasins culturels ?" (mais avec un point d'interrogation quand même), on a des tonnes de retours à faire, youpi youpi, mais avant toute chose, deux livres dont il faut parler.

 

a copier cent fois

Le premier c'est A copier cent fois, écrit par Antoine Dole, publié par Sarbacane, il ne coûte presque rien, il se lit très vite, la boule au ventre mais très vite. Il parle d'homophobie, mais aussi d'un ado terrorisé par un père qui ne l'accepte pas tel qu'il est.

Ce matin, dans ma boite mail (dans les spams mais quand même), j'ai trouvé une pétition d'une violence rare. Sournoise. Cachée. La pire peut-être. Antoine Dole dit

"Les débats actuels autour du mariage pour tous sont d'une violence rare, et au-delà des débats de société, ne font que relancer des interrogations dans la tête des plus jeunes. Quelques soient nos valeurs, nos avis sur tout cela, le dialogue reste primordial."



06h41

Le deuxième livre, c'était du pur bonheur, emporté le midi, terminé le soir, comme presque tous ses livres depuis qu'on a fait leur rencontre. ça parle d'amour (eh oui), du temps qui passe, des choix qu'on fait (ou pas), de la famille, de nos "carrières", de l'amitié, des séparations, des retrouvailles.

C'est 06h41, le dernier roman de Jean-Philippe Blondel, et je n'ai pas encore écouté l'émission qu'il m'a dit d'écouter, mais a priori j'ai jusqu'au 1er octobre 2015 pour le faire, sauvée.

(et puis Fabrice Colin en parle ici, et très, très bien, je trouve)

Bonne journée !

Commentaires

Tu as bien raison Madeline. En ce moment dans notre pays, nous vivons l'horreur et la violence des mots. 1 millions d'euros pour aller cracher sa haine de l'autre. Oui c'est ce que ça a couté aux organisateurs de la manif pour tous. Ils ont lobotomisé leurs enfants pour qu'eux aussi deviennent des monstres de racisme et de discriminations. Ce samedi à 14h30 place de l'horloge en Avignon, nous serons une fois de plus les artistes du off en effaçant le in du mot inégalité...homo, hétéro, qu'importe. Venez nombreux pour dire non à toute cette haine qui est vomie à l'heure actuelle. Pour pouvoir dire plus tard à nos enfants que nous y étions. Et que nous nous sommes battus pour que tous aient les mêmes droits vis à vis de la loi. Moi j'y serai, sous la bannière de SOS Homophobie. Kiren, professeur-documentaliste (et , pour te "re-situer", la maman de Noah, le presque jumeau d'âge et de nom de Noé ;))

Écrit par : kiren | 16/01/2013

Écrire un commentaire